accueil > Thématiques > Qu'est-ce-que la Caraïbe ? > La Caraïbe est une histoire, quelle que soit la langue

La Caraïbe est une histoire, quelle que soit la langue

  • Ashby Soyini University of the West Indies, Geography Department, Mona (Jamaica)

paysage-des-grenadines

Supposez que l’on demande à un habitant de la Caraïbe de décrire sa région. Il ou elle pourrait le faire de la même manière qu'on le ferait pour décrire n’importe quel endroit : en nommant les paysages qui le caractérisent et en donnant ses positions relatives. En d’autres termes, cette personne dépeindrait une vision de ce qui est physiquement là – comme une carte mentale ou une peinture orale d’un paysage. Inévitablement la personne faisant la description y met certaines choses et en omet d’autres, y compris des paysages qui pourraient sembler l’évidence même pour d'autres. Il est souvent aisé de dire beaucoup à propos de la personne décrivant ou peignant l’image grâce à ce qu’il ou elle y met ou laisse de côté. Ainsi il y a une signification plus profonde de l’image de la Caraïbe réalisée par quelqu’un en mots ou en cartes.

Aussi étrange que cela puisse paraître, actuellement la Caraïbe ne correspond pas à un lieu réel. Oui, il y a véritablement des terres massées en des lieux spécifiques, mais il n’y a rien de naturel qui dit que ces masses de terres doivent constituer quelque chose appelé la Caraïbe. Rien de naturel ne détermine les masses de terres à inclure dans l’image et lesquelles devraient être laissées de côté. En fait, en fonction du lieu de résidence ou de la langue maternelle du narrateur, l’image faite de la Caraïbe peut être étonnamment différente.

Pour un narrateur Anglophone, le mot “Caraïbe” fait apparaître une image de l’archipel qui borde la Mer des Caraïbe. Si cet anglophone vit dans un territoire de la Communauté Caraïbe (CARICOM), la Caraïbe peut alors être vue comme incluant l’archipel, plus le Guyana et le Belize, et rien d’autre. Affirmer que les noms espagnol et français - El Caribe et La Caraïbe – sont les traductions exactes du mot anglais “Caribbean” serait une erreur. Pour la plupart des hispanophones, El Caribe fait allusion aux îles espagnoles de l’archipel (Girvan, 1999). Pour d’autres, ce mot décrit toutes les nations d’Amérique Centrale et du Sud qui ont des bordures côtières avec la Mer des Caraïbe. Les francophones qui utilisent le terme La Caraïbe ont tendance à cibler les îles, en particulier celles des Petites Antilles. D’ autres noms sont également utilisés pour la région, tels les West Indies et Les Antilles. Bien que certaines personnes utilisent ces mots de manière interchangeable avec des termes comme Caribéen et Caraïbe, une observation plus fine révèle qu’ils possèdent leurs connotations et associations propres.

Même parmi ceux partageant une langue commune, différentes personnes utilisent des critères différents afin de décider des endroits qui traduisent leur image de la Caraïbe. La plus grande part de la littérature universitaire décrit la Caraïbe comme un espace marqué par une histoire commune de l’esclavage, la société de plantation et la colonisation (Knight et Palmer 1989, Benítez-Rojo 1996). Dans le même temps, d’autres se focalisent davantage sur la culture populaire pour donner leurs définitions de la Caraïbe, peignant une image de la Caraïbe comme un lieu où des rythmes et des messages pénètrent la musique ( Rohlehr 2007, Ho et Nurse 2005). Toute approche visant à définir la Caraïbe devrait permettre d’inclure ou d’exclure plusieurs îles et pays d’Amériques Centrale et du Sud.

La vérité est que la Caraïbe ne devient une réalité que quand nous peignons l’image avec nos descriptions verbales et écrites, et quand nous en tirons ses cartes. Un lieu n’est pas qu’une localisation à la surface de la terre, il est réellement constitué de trois choses : une localisation géodésique (un ensemble de coordonnées qui le positionnent sur le globe), un environnement matériel et les attachements subjectifs que les gens éprouvent à son égard (Creswell 2004). Un lieu devient réellement une localisation seulement quand ce dernier est ancré, c’est-à-dire quand les gens y attachent de l’importance. Alors, la Caraïbe, comme n’importe quel endroit, est davantage imaginée que réelle.

Par conséquent, quand une personne décrit la Caraïbe ou en dessine une carte, il ou elle représente un paysage imaginaire. La définition essentielle du paysage par le dictionnaire est “une portion de territoire qui peut être vue à un moment d’un endroit donné” (Merriam-Webster Online Dictionary, 2011). Ce qui est inclus et ce qui est omis est réellement un produit d’un point de vue particulier ou d’une perspective. Pour cette raison, et pour paraphraser le géographe Pierce Lewis, nous pouvons dire que n’importe quelle représentation d’un paysage de la Caraïbe est réellement une histoire que les gens se racontent à propos d’eux-mêmes : leur propre “biographie involontaire” (Lewis cité dans Lippard 1997).

Il est moins important d’avoir une définition unique de la Caraïbe que de comprendre comment les gens viennent avec leur représentation. Bien que la Caraïbe soit définie, et peu importe ce que l’on y met pour la décrire, l’acte de définition en lui même raconte une histoire : l’histoire de qui nous sommes et de ce que nous voulons être à la fois.


(Photographie d'illustration : source)

Catégorie : Qu'est-ce-que la Caraïbe ?

Pour citer l'article : Ashby S. (2013). "La Caraïbe est une histoire, quelle que soit la langue" in Cruse & Rhiney (Eds.), Caribbean Atlas, http://www.caribbean-atlas.com/fr/thematiques/qu-est-ce-que-la-caraibe/la-caraibe-est-une-histoire-quelle-que-soit-la-langue.html.

Références

Benítez-Rojo, A. (1996). The Repeating Island: The Caribbean and the Postmodern Perspective. Translated by J. E. Maraniss. Durham, NC: Duke University Press.

Creswell, T. (2004). Place: a short introduction. Malden, MA, Oxford, and Carlton: Blackwell.

Girvan, N. 1999. Reinterpretar al Caribe. Revista Mexicana del Caribe, 7, 6-34.

Ho, Christine G. T., and K. Nurse. (Eds.) 2005. Globalisation, diaspora and Caribbean popular culture. Kingston: Ian Randle.

Knight, F. W., and C. A. Palmer. (Eds.) 1989. The Modern Caribbean. Chapel Hill and London: University of North Carolina Press.

“landscape.” 2011. In Merriam-Webster Online Dictionary. Retrieved March 31, 2011, from http://www.merriam-webster.com/dictionary/landscape.

Lippard, L. 1997. The Lure of the Local. New York: The New Press.

Rohlehr, G. 2007. A Scuffling of Islands: The Dream and Reality of Caribbean Unity in Poetry and Song. In The Caribbean Integration Process: A People Centred Approach, edited by K. Hall and M. Chuck-A-Sang (pp. 48-121). Kingston, Miami: Ian Randle.